La culture Berbère au Maroc

La culture Berbère au Maroc

Nous t’amenons à la découverte des Amazigh, qui signifie “ peuple libre “ en français. Dans cet article, on dévoilera les secrets, la culture, l’histoire et des coutumes berbères. Un voyage totalement dépaysant !

Origine de la culture Berbère 

Les Berbères occupent le nord de l’Afrique septentrionale, de la Méditerranée au Soudan et de l’Atlantique à l’Egypte. Au Maroc, tu rencontreras : les Touaregs, les Kabyles, les Masmoudas, les Sanhadja, qui sont des chameliers du Sahara occidental et transhumants de l’Atlas, ou encore les Zenata, un peuple nomade du grand Sud. Ce sont les grandes dynasties berbères qui ont bâti les premiers royaumes et les premières grandes villes du Maroc. Sous le règne des Arabes, les Berbères se convertirent à l’islam au VIIe siècle. Ils ont néanmoins conservé leur langue, le tamazight, la plus ancienne connue en Afrique du Nord, bien qu’ils parlent aussi l’arabe et le français.

La côte atlantique, qui relie le Sahara à  l’Afrique australe et l’Océan, porte dans son histoire les empreintes des imazighens. Pendant ton périple sur le littoral atlantique, pars à la découverte des villages berbères, en particulier dans les environs d’Essaouira et d’Agadir. Si tu en as l’occasion, nous te suggérons également d’assister au Festival Signes et Cultures qui se déroule tous les ans pendant le mois de juin à Agadir : On y célèbre essentiellement la poésie et la musique berbère.

Depuis Agadir, visite également les environs de Taroudant, à la découverte de la culture berbère dans les villages de Taliouine, de Tagouyamt, d’Aït Ighmour, d’Aït Tgga ou d’Idghagh… une terre secrète et préservée, avec ses cultures étagées et ses champs de safran. Ensuite, fais la rencontre des peuples du Haut Atlas, dans la région de l’Oukaïmeden et sur la route de Tizi N’Tichka. De là, la vallée de l’Ourika te conduira au cœur du monde berbère, traditionnel et montagnard. Au Sud du Maroc, découvre ensuite la région du Todgha. En faisant de la randonnée sur les hauteurs de l’Atlas, en passant par Semrir et Tamtetoucht,  pars à la rencontre des bergers et des tribus nomades du Todgha.

Visiter le Maroc, à la découverte de la culture berbère est une expérience inoubliable… Tu vivras quelques jours au rythme des nomades touaregs, les hommes bleus du désert, qui te feront découvrir les secrets de leur culture et de leurs traditions.

L’artisanat berbère

Ce sont des artisans dont le savoir-faire est reconnu de tous et dans tout le pays. Réputés pour leurs poteries à Chefchaouen et Taroudant, la fabrication des bijoux à Tiznit, les tapis à Ouarzazate, les textiles à Marrakech et Tafraout. Les souks berbères de Taza, d’Azrou et de Taroudant sont probablement les plus fascinants.

La gastronomie berbère

Crédit photo Djaalé

Différentes spécialités culinaires berbères s’offrent à toi. La cuisine berbère faite des cuisines les plus riches du continent. Du couscous aux légumes, ou encore au miel et aux amandes, en passant par le méchoui et les grillades, la cuisine berbère est réputée pour ses pâtisseries 😋  ,ses célèbres tajines et l’harira, une soupe traditionnelle du Maroc et de l’ouest de l’Algérie d’origine andalouse. 

Réserve une expérience avec un guide local

11 proverbes africains les plus insolites

11 proverbes africains les plus insolites
11 proverbes africains les plus insolites.

Les proverbes Africains sont toujours riches de sens, parfois incompréhensibles mais très imagés et leurs tournures pour le moins insolites. Ici, nous avons sélectionné 11 proverbes qui magnifient la sagesse, l’humour et la créativité.

1. “Un bout de bois, il peut rester longtemps dans un fleuve, il ne deviendra jamais pour autant un crocodile.“ Proverbe sénégalais.

2. “Quand on est assis sur une peau de mouton, on ne méprise pas la viande.“ Proverbe africain.

3. “Celui qui est impatient d’avoir un enfant épousera une femme enceinte.“ Proverbes toucouleurs du Sénégal.

4. “On ne castre pas deux fois un taureau.” Proverbe Africain.

5. “Même s’il n’y a pas de coq pour chanter à l’aube, le jour se lèvera.” Proverbe burundais. 

6. “Un menteur ira jusqu’à toucher ses fesses et nier qu’elles sont siennes.” Proverbe africain.

7. “Ne déprécie pas la tortue à cause de son humilité, il se peut qu’elle t’aide demain.“ Proverbe africain.

8. “Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.“ Proverbe africain.

9. “ Le monde aura beau changé, les chats ne pondront pas.” Proverbe africain.

10.  “ Une blessure que l’on cache continuellement ne guérit pas.“ Proverbe africain.

11. “On répare le trou d’un vêtement, mais pas le trou de la bouche.“ Proverbe africain.

Ghana – La poupée Ashanti ou Déesse de la fécondité

Ghana – La poupée Ashanti ou Déesse de la fécondité

Crédit photo @amndesign.fr

Poupée Ashanti, dite « Akwaba » qui signifie « bienvenue » dans la plupart des ethnies « Akan ». Le peuple Ashanti est un peuple au Ghana. C’est le peuple majoritaire dans le pays, qui possède sa propre langue, le tsu, son propre calendrier indépendant de celui de la république, et sa propre hiérarchie de souverain. C’est une société matriarcale, c’est -à -dire que les femmes occupent une place considérable à parité de celui des hommes.

Les ashantis possèdent leurs propres tribunaux, leur propre sculpture animiste et leur propre rituel qui sont pratiqués par tous. C’est un peuple très croyant et pratiquant. Selon la tradition, chaque mal à son remède.

L’origine et rite de la poupée Ashanti 

Selon la tradition dans le royaume du Ghana, la poupée Ashanti ou déesse de la fertilité, serait appelée Akua ba. C’est un rite très répandu et recherché pour ses vertus protectrices. Elles sont portées par les femmes attachées à leur dos, enroulées dans leurs vêtements avant le mariage ou pendant toute la grossesse.

L’histoire raconte qu’une jeune femme Ashanti, nommée Akua, née un mercredi avait des difficultés à enfanter. Elle alla donc consulter un guérisseur, qui lui recommanda de faire sculpter un petit enfant de bois, de le porter, le nourrir, et le traiter comme elle l’aurait fait avec un vrai bébé.

En l’apercevant avec sa poupée de bois sur son dos, les villageois la dévisageaient et se moquaient. Finalement, un bon jour, Akua devint enceinte et donna la vie à un beau bébé.

Son succès encouragea les autres femmes ayant les mêmes difficultés, à faire également sculpter de petites poupées de bois. Elles les nommèrent Akua’ba qui signifie l’enfant d’Akua en son honneur. 

La pratique du rituel 

Suivant le rituel, il y a des jours spéciaux où la future mère doit porter la poupée. Elle doit également compléter le rituel en buvant des potions et en se lavant avec des infusions. Après la naissance de l’enfant, la mère peut soit donner la poupée à son guérisseur en signe de reconnaissance ou tout simplement la remettre à son enfant comme jouet. Il faut aussi noter que, chez le guérisseur, le nombre de poupées à son autel témoigne de sa grandeur et de son pouvoir.

Très souvent, les poupées sont achetées chez le sculpteur local par les pères ou les maris.

Comment préparer son voyage au Ghana

Les bonnes adresses locales à Accra

Les incontournables à visiter au Ghana

L’histoire des Nana Benz

L’histoire des Nana Benz

Crédit photo @kevtw76

Ici nous avons fait un retour dans l’histoire de ces femmes qui ont marqué l’histoire du Togo.

L’histoire des premières femmes millionnaires du continent Africain

Tout a commencé avec des femmes qui allaient au Ghana acheter des pagnes et venaient le revendre au Togo et avec la crise au Ghana dans les années 50, le business a été déplacé au Togo.

C’est à partir de cet instant que les Nana Wax sont entrés en œuvre, en vendant des pagnes  aux autres commerçantes de la sous-région : Ghana, CI, Bénin, … qui ont immédiatement adopté le pagne à cause de ces couleurs vives et aux motifs originaux.

À force de courage et de persévérance, ces femmes sont devenues les premières femmes d’affaires milliardaires en fcfa  d’Afrique de l’ouest. La particularité de ces femmes : elles étaient braves, courageuses et adoraient la qualité et les belles choses. Pour se déplacer, elles se sont acheté la voiture la plus chère et haut de gamme de l’époque : la mercedes Benz. Des voitures que même les chefs d’états ne pouvaient s’offrir. Ce qui les a valus le nom de Nana Benz.

Les  temps forts  du pagne en wax

Les nanas Benz sont des femmes dynamiques et dotées d’un sens prononcé des affaires. Elles ont fait fortune grâce à la vente de wax et ont rendu ce tissu populaire dans toute l’Afrique de l’Ouest et même à l’international. Elles ont également investi dans l’immobilier au Togo, en construction des maisons de luxe.

À la fin des années 90, une crise financière s’abat sur le continent, le franc est fortement dévalorisé et dans la même année, un incendie ravage le grand marché de Lomé et nombreuses parmi elles perdent leurs produits.

Les temps d’adaptation 

Après la crise et face à la concurrence, les Nana doivent se réinventer pour conserver leur clientèle et faire face à la concurrence. 

Grâce à leur créativité, elles ont  redynamisé le wax. Certaines créations ont vu le jour comme : « mon mari est capable »  et  « l’œil de ma rivale ».

Elles se sont également engagées dans la formation commerciale de leurs enfants qui aujourd’hui sont appelés les Nanettes afin de perpétuer leur héritage.

Aujourd’hui, les nanettes ont pris la relève, elles réinventent le marché du wax en concevant leurs propres pagnes de A à Z et en le déclinant sous plusieurs formes : décorations de maisons, bijoux, … .

Fêtes et festivals incontournables au Sénégal

Fêtes et festivals incontournables au Sénégal

Crédit photo @dakar_caraval

Voici notre sélection des fêtes et festivals incontournables au Sénégal.

Le Magal de Touba

Quand ? En octobre, chaque année

Le Magal de Touba est la plus importante fête religieuse de la confrérie des Mourides au Sénégal. Célébrée chaque année à Touba, une ville sainte des mourides, le Magal terme wolof qui signifie « magnifier » commémore le départ en exil du fondateur cheikh Amadou Bamba exilé au Gabon. 

Durant cette journée, l’heure est au partage, à la bienfaisance  en offrant des repas aussi la déclamation du Coran et des Khassaïdes (écrits de Cheikh Amadou).

La Tamkharit ou Achoura

Quand ? Chaque année selon le calendrier musulman.

La Tamkharite ou “ Achoura ” est une fête de la bienfaisance et de la générosité envers les uns et les autres et surtout envers les plus démunis.

La tamkharite correspond au 10e jour du mois de muharram, 10 jours donc après le nouvel an musulman. 

C’est un jour de prière, de jeûne facultatif et de surtout de festin : “ le ceré bassi “ pour encourager le partage et la solidarité.

C’est une fête essentiellement culturelle dans laquelle, les pratiques et les us sont inspirées du Prophète Mohamed. Par exemple : le jour de fête, il est de coutume de se maquiller le contour des yeux avec du khôl, de rendre visite au plus nécessiteux, de se couper les ongles…Mais c’est surtout l’occasion du “ Tadiabone ”, un carnaval au cours duquel les petits garçons se déguisent en filles et vis-versa.

La Tabaski, Aïd el-Kebir ou Eid el-Adha

Quand ? Chaque année selon le calendrier musulman, à 70 jours après la fin du ramadan.

La Tabaski est une fête musulmane du sacrifice. Selon l’histoire, on commémore l’asservissement d’Ibrahim à Dieu qui lui a ordonné de sacrifier son fils. Aussi connu sous le nom de Aid El Kebir, c’est la célébration la plus importante de l’islam après la fête de fin de Ramadan.

Pendant les fêtes de Tabaski, chaque famille sacrifie un mouton après l’avoir soigneusement câliné et bichonné pendant plusieurs jours avant. C’est l’occasion de se réunir, de se rassembler en famille ou en communauté.

Attention : à la veille de l’Aïd el-Adha, le jour même et le lendemain, de nombreux magasins et institutions sont fermés. 

Le Gamou traditionnel de Kahone

Quand ? Chaque année.

Datant du 15e siècle ; la célébration du Gamou se tenait sous le règne du roi du Saloum. Chaque année du 1er week-end de mois de mai, on assiste à des danses rituelles avec des masques et des séances de divination qui prédisent une bonne saison pour la récolte prochaine.

Le Mouloud ou Mawlid

Quand ? Chaque année le 3ème mois du calendrier musulman.

Célébrée chaque année le 3ème mois de l’an musulman. C’est une fête qui commémore la naissance du Prophète Mahomet, fondateur de l’islam et de son baptême 7 jours plus tard. Très jeune, il médite et l’archange Gabriel lui apparaît pour lui dicter des versets qui seront retranscrits dans le Coran. À son retour d’exil, il prêche et revient dans sa ville natale, la Mecque, où il décède. 

Le Festival d’Abéné

Quand ? Chaque année pendant le mois de décembre à janvier.

Depuis 1994, chaque année pendant le mois de décembre à janvier sur 2 semaines, le village d’Abéné en Casamance, organise lors de l’Abene Festivalo un programme de musique, de danse, de chant et de théâtre à l’image des habitants du village. 

Les spectateurs viennent de tout le pays, mais aussi de pays voisins comme la Gambie, plus loin encore d’Europe ou d’Amérique pour rencontrer la culture africaine et les ethnies. De quoi passer des fêtes de fin d’année les pieds dans le sable, en immersion totale dans les traditions africaines.

La Korité ou Aïd-El-Fitr

Quand ? Tous les ans, la date de la korité est avancée de 10, 11 ou 12 jours par rapport au calendrier musulman.

La korité ou Aîd el-Fitr est une fête musulmane qui marque la fin du jeûne du mois de Ramadan. Elle est célébrée chaque année, le 1er jour du 10ème mois du calendrier musulman.

Pendant la cérémonie, c’est un moment de partage et d’échange.

Les spécialités culinaires les plus insolites en Afrique

Les spécialités culinaires les plus insolites en Afrique

Faire un voyage culinaire c’est découvrir la culture d’un peuple en bouche 😅 . La cuisine varie d’un pays à un autre, d’une région à une autre à travers l’Afrique selon les ressources naturelles et les produits locaux. Ainsi, la cuisine constitue une partie entière de la culture d’un peuple.

Les larves de charançon du palmier

Les larves du charançon de palmier ou encore appelées “ foss ” ou “ vers blancs ” sont des chenilles que l’on trouve exclusivement dans des troncs de palmiers. C’est un plat très apprécié au sud et au centre du Cameroun et également en RDC.

Les écorces du “ Nkui “

Connu sous le nom traditionnel “ Nkui ”, les écorces du Nkui sont tout simplement des écorces d’une plante appelée le Lapullier à écorces. C’est la sève gluante de plante qui aidera à la constitution de la sauce. C’est un plat traditionnel originaire de la région de l’ouest du Cameroun. Autrefois concocté pour les femmes enceintes pour les aider pour la montée de lait. Le Nkui est une sauce très gluante qui ne se mange qu’avec des mains.

Le ragoût d’agouti

L’agouti est un rongeur de brousse de taille moyenne. Servi en ragoût dans les quartiers d’Abidjan en Côte d’Ivoire. C’est un plat que lorsqu’on le goûte pour la première fois, on l’adopte. La viande d’agouti a, en effet, un goût très particulier. Les adeptes t’encouragerons à y goûter pour te faire ta propre idée.

Les tripes de boeuf

Le mot “ tripes “ désigne les abats et dans certains pays d’Afrique, comme le Cameroun, le Tchad et le Gabon. Le bouillon de tripes est un repas qui ravive toutes les papilles, tout dépend aussi de comment il est cuisiné, épicé ou pas.

La tête et les pattes de mouton

La viande de mouton est très appréciée de la communauté musulmane mais cela ne te surprendras peut-être pas si on te disait que tout se mange sur le mouton même les tripes . Ce qu’il faut savoir est qu’au Maroc, la tête et les pattes de mouton se cuisinent en ragoût et c’est un plat très apprécié dans le pays.

Les termites en apéritif

Si vous êtes de passage au Cameroun, pendant le mois d’octobre et novembre dans la région du Sud. Ne soyez pas surpris qu’on vous propose une assiette de termites brunes en apéritif. Les jeunes de cette partie du pays, connaissent bien les apports nutritifs des termites. Ils le consomment cru et il a un goût d’arachide mais pas avec le côté croustillant 😉 . Ils le consomment également en met ou tout simplement sauté avec des épices. Un vrai délice.

Une assiette d’insectes en plat de résistance

Dans ton assiette tu auras des sauterelles, des criquets, des grillons et des termites tout ceci relevé avec un peu de piment et de quelques épices donc seuls les Kinois ont le secret. C’est un plat super-vitaminé et riche en oméga 3. Les adeptes te diront que consommer des insectes est bon pour la santé et t’évite un bon nombre de maladies comme le diabète et l’obésité. Et si on s’y m’étais tous aux insectes ? 😉

Les 10 Festivals culturels incontournables en Afrique Centrale

Les 10 Festivals culturels incontournables en Afrique Centrale
Festival culturel en Afrique Centrale. Crédit photo @africanceremonies

Notre sélection des 10 festivals incontournables en Afrique Centrale.

1 – Le Douala art Fair

Lieu : Douala, Cameroun  

Période : Du 31 mai au 2 juin

Durée : 3 jours

C’est une foire d’art contemporain et du design qui met en lumière une centaine d’œuvres d’art d’artistes d’Afrique centrale sous un thème différent chaque année.

2- Le Festival Mis Me Binga

Lieu : Yaoundé, Cameroun  

Période : Du 26 au 30 juin

Durée : 4 jours

“MIS ME BINGA” qui signifie «Yeux de femmes» est un Festival international de films, qui met des productions de femmes à l’honneur. Il met la femme au cœur du cinéma. C’est le premier festival international de films de femmes de la sous-région de l’Afrique centrale.

3 – Le festival Congo Biennale

Lieu : Kinshasa, République démocratique du Congo

Période : Du 20 octobre au 21 novembre

Durée : 33 jours

La Biennale du Congo est un festival congolais d’art contemporain qui se déroule tous les ans dans des espaces publics,  l’institut des beaux-arts, des espaces de galerie, l’Institut français et le centre d’art Bilembo.

Une centaine d’artistes, designers, architectes, historiens de l’art, conservateurs, critiques d’art et autres, originaires des 5 continents, se rassemble chaque année dans la ville cosmopolite de Kinshasa pour célébrer cet événement international.

4 – Le Festival des Elog Mpoo

Lieu : Edéa, Cameroun 

Période : Du 7 au 20 Décembre

Durée : 13 jours

Célébrer tous les ans dans la ville d’Edéa . Le festival des Elog Mpoo est une fête socio-culturelle du peuple Bakoko dans la région du Littoral au Cameroun. L’objectif est de réunir les fils et les filles Mpoo des 14 clans que compte le groupement, en vue de valoriser la culture Bakoko.

5 – Le festival culturel Ngondo

Lieu : Douala, Cameroun 

Période :  tous les ans début décembre

Durée : 1 semaine 

Le festival Ngondo est une fête traditionnelle et rituelle des peuples côtiers du Cameroun. Elle réunit les peuples sawa de la région du Littoral pendant une semaine. Son animation culturelle est faite par la course de pirogues, la lutte traditionnelle et les différents concours tels que : le concours de cuisine, du meilleur danseur et celui de Miss Ngondo.

6 – Le Festival Nguon

Lieu : Foumban, Cameroun

Période :  tous les 2 ans

Durée : 7 jours

C’est une fête traditionnelle Bamoun, organisée par des fantasias. Les Lamibé, les Fons et les Fôs, qui représentent respectivement les chefs traditionnels du Nord, du Nord-Ouest et de l’Ouest du Cameroun occupent une place d’honneur pendant la cérémonie. À l’origine, le Nguon était une cérémonie des Tikars, qui sont les descendants des Bamoun. Le Nguon a lieu tous les ans et sert à régler les litiges fonciers. Au cours de cette cérémonie, on sollicite la sagesse des esprits pour solutionner les conflits et ramener la cohésion entre les divers groupes. Le Nguon est devenu, avec le temps, un événement majeur chez les Bamoun et témoigne de leur aspiration à la paix, au dialogue, à l’unité et à la démocratie.

7 – Le Festival socioculturel du peuple haoussa

Lieu : Nord, Cameroun

Période : tous les ans

Durée :  

C’est une fête traditionnelle du peuple haoussa du Cameroun organisée tous les ans. Elle a pour objectif la rencontre de tous les haoussas des dix régions du pays pour mettre en avant leurs richesses culturelles, se souvenir de leur histoire et mieux projeter leur avenir. Tous les représentants des chefferies traditionnels haoussas du pays et de la diaspora, les Lamibé et les autres chefs traditionnels sont conviés au festival. Lors des festivités, sont au programme : la lutte traditionnelle, la course des chevaux, les danses traditionnelles, séminaire, conférence, table ronde, concours miss haoussa, match de football, exposition des objets d’art, démonstrations culturelles etc.

8 – Le Festival du film Nature & Environnement

Lieu : Franceville, Gabon

Période :  du 05 au 10 décembre

Durée : 5 jours 

Ce festival international interroge la place de l’homme dans son environnement: biodiversité, ressources naturelles, protection de la nature, maîtrise de l’urbanisme dans une démarche durable. La programmation allie tous les genres et tous les formats de films, tout en consacrant une place importante au cinéma africain.

Ce festival du film d’environnement est emblématique du pays, car le Gabon est encore recouvert à près de 80 % de forêt équatoriale. Si la programmation valorise majoritairement les richesses naturelles et les ressources énergétiques du Gabon, les films projetés permettent aussi de découvrir la culture et les coutumes du Gabon.

9 – Le Festival International Des Cultures Sahariennes

Lieu : Amdjarass, Tchad

Période : du 1er au 9 mars 2020, ou 1er au 15 Mars 2020

Durée : pendant 1 ou 2 semaines

C’est une animation culturelle qui valorise la culture subsaharienne à travers les chants, danses, musiques, et courses de dromadaires etc.

10 – Le Festival de Lubango

Lieu : Lubango, Angola

Période : Tous les ans pendant le mois d’août

Durée : 30 jours

Basé sur la fête de Notre-Dame de la Colline, le festival de Lubango est une célébration qui se déroule dans la ville de Lubango, plus précisément dans la province de Huila en Angola. Il comprend des spectacles musicaux, des défilés de mode, un tournoi sportif, des courses de motos et le prestigieux concours de beauté Miss Huila. Le festival donne également le coup d’envoi du salon Expo-Huila, avec quelques ateliers et une vente aux enchères de bétail.


Les 10 Festivals culturels incontournables en Afrique de l’Ouest

Les 10 Festivals culturels incontournables en Afrique de l’Ouest

Festival culturel en Afrique de l’Ouest. Crédit photo @omotayo-ty

Riche de par son histoire coloniale, la diversité de ses terres et des peuples qui y vivent. Du nord au sud, de l’est à l’ouest de la région, on y retrouve une multitude d’animations culturelles. Voici notre sélection des 10 festivals incontournables en Afrique de l’Ouest.

1 – Le Dakar Festival Music

Lieu : Dakar, Sénégal  

Période : Du 7 au 17 novembre

Durée : 1 semaine

Le Dakar Festival Music est le plus grand festival de musique de l’Afrique de l’Ouest. C’est un évènement qui a pour but de promouvoir le mélange entre les musiques actuelles et les cultures africaines, la danse et les performances artistiques. Pour en savoir plus, tu peux consulter leur site.

2 – Le boukout Festival

Lieu : Bignona, au Sénégal 

Période : décembre

Durée : 1 semaine

Le Boukout Festival est un festival unique qui a pour but d’éduquer la population locale autour d’un projet, l’accent est mis sur la solidarité. Des actions de solidarités culturelles sont menées dans les établissements et les communes afin de magnifier les diversités culturelles.

3 – L’Abissa

Lieu : Grand Bassam, Côte d’Ivoire

Période : fin octobre – début novembre

Durée : 1 semaine

C’est une fête traditionnelle célébrée par le peuple N’zima de grand Bassam, qui permet aux membres de la communauté de bien commencer l’année à venir.

Les N’zima se réunissent autour de leur chef et du tam-tam parleur appelé “EDON GBOLE” pour faire le bilan annuel de leur communauté. Pendant les festivités qui durent une semaine, c’est le moment de dénoncer publiquement ceux qui ont commis des mauvais actes et d’encourager les actions sociales et différents projets de la communauté. C’est également un moment de retrouvailles et de réconciliation sociale pour tous.

4 – Le Popo Carnaval

Lieu : Bonoua, à 60 km d’Abidjan dans la région du sud-comoé.

Période : tous les ans fin avril – début mai.

Durée : 1 semaine

Le “Popo” qui signifie “masque” en langue abouré fait partie des célébrations traditionnelles les plus populaires en Côte d’Ivoire.

Le Popo Carnaval initié en 1946 par les jeunes de la communauté abouré de la Bonoua. C’est une célébration culturelle, animée et festive rythmée par plusieurs animations comme les matchs de football, les danses folkloriques, les fanfares, les concours culinaires et concours de beauté selon les standards de beauté de la culture abouré, un défilé des hommes masqués afin de promouvoir la culture Abouré.

5 –  La fête de Gaani

Lieu : Gaani, Bénin.

Période : tous les ans, le 12ème jour du 3ème mois du calendrier lunaire.

Durée : 2 jours.

La fête de la Gaani est une fête traditionnelle annuelle de deux jours, célébrée chaque année au Bénin. Devenue aujourd’hui une fête identitaire, elle rassemble également des peuples de même culture et ceux ayant un destin commun. C’est également l’occasion pour le roi Baatonu de Nikki de recevoir des cadeaux et aussi les vœux de nouvel an Gaani.

6 – Le Festival International de Porto-Novo

Lieu : Porto-novo, Bénin.

Période : tous les ans en Janvier. 

Durée : 1 semaine

Initié en 2017, le festival de Porto-Novo est un événement culturel à dimension internationale qui se tient tous les ans à porto-Novo au Bénin. C’est un projet mis en place pour magnifier  le riche patrimoine culturel et artistique de la ville Porto-Novo.

7 – Le Festival du Durbar

Lieu : Kano, Katsina, Bida, Bauchi et Zaria, au Nigéria

Période : 2 fois par ans, à la fin mai et en Août.

Durée : entre 5 à 7 jours

Organisée tous les ans, le Durbar est une fête culturelle célébrée par les communautés haoussas, dans le nord du Nigeria, à l’occasion de la fin du ramadan (Aïd-el-Fitr) et de l’Aïd al-Adha. Des centaines de cavaliers vêtus de couleurs vives, avec leurs chevaux colorés, sous la conduite des chefs traditionnels, défilent devant les autorités politiques et prêtent allégeance à l’Émir.

C’est un magnifique spectacle de couleurs et de cérémonies au Nigeria pour mettre en avant leur culture.

8 – Le festival de Shango

Lieu : Oyo, au Nigéria

Période : tous les ans en août.

Durée :

Le festival de Shango est un festival annuel organisé chez les Yoruba. Il est en l’honneur de Shango une divinité du tonnerre et du feu qui était à la fois un guerrier et le troisième roi de l’empire Oyo après avoir succédé à Ajaka, son frère aîné.

Rebaptisé en 2013 Festival mondial de Shango par le gouvernement de l’État d’Oyo, le festival se tient généralement en août au palais des Alaafin d’Oyo.

9 – Le carnaval annuel de Guinée Bissau

Lieu : l’archipel des Bijagos, en Guinée Bissau.

Période : tous les ans en février.

Durée : 4 jours.

Chaque année pendant le mois de février en Guinée-Bissau la population célèbre son carnaval annuel. Pour l’évènement, les locaux mettent en avant leurs traditions afro-portugaises autour des festivités hautes en couleur.

Elles se déroulent à la capitale Bissau et sur l’archipel des Bijagos où tous les habitants du pays et les peuples de différentes cultures se rejoignent pour présenter leur culture et leurs traditions.

10 – Le Festival international soninké

Lieu : Afrique de l’ouest

Période : février

Durée : 1 semaine 

Célébré chaque année mais dans un pays différent à chaque fois, le festival international soninké est un festival culturel qui célèbre le peuple soninké dans toute la sous-région de l’Afrique de l’Ouest. 

La culture soninké est fondée sur les valeurs de travail, de courage, de justice, de solidarité, d’honnêteté, de partage. Le but ici est que la jeune génération s’approprie ces valeurs afin de s’organiser et de participer au développement de leurs pays respectifs.


Cultures mythiques et mystiques du Bénin

Cultures mythiques et mystiques du Bénin
Festival international Porto-Novo crédit photo @iamdrissben

La spiritualité et les pratiques religieuses occupent une place importante dans la vie des Béninois au quotidien. Le pays est riche de par sa diversité culturelle: les cultes et traditions diffèrent d’une ethnie à une autre.

Le culte du Vaudou

Le vaudou est une religion animiste qui a pris naissance au Bénin vouant un culte aux esprits. Dans le vaudou on retrouve donc plusieurs divinités : Erzulie (le dieu de l’amour), Gu (le dieu de la guerre), Sakpata (le dieu de la variole) et Damballa (l’esprit de connaissance).

Initialement, il a pour vocation de protéger ses adeptes de toutes formes de sorcellerie. Il est dirigé par un sorcier vaudou ou communément appelé “marabout” qui fait des sacrifices d’animaux ou des scarifications sur le corps soit pour vous protéger, soit pour vous couvrir de richesses, soit pour vous apporter une santé de fer… etc. Tout dépend de la demande de celui qui reçoit le rituel.

Le culte des morts ou Egunguns

Le culte des egunguns représente l’esprit du mort revenu pour se manifester aux vivants. Les egunguns sont une institution remémorant les souvenirs des morts car ses adeptes croient que les âmes de leurs défunts sont encore avec eux.

En signe distinctif, chaque adepte du culte habille son egungun de tissus variés et richement garnis avec des décorations de toutes sortes. On les retrouve le plus souvent lors des cérémonies de décès, des grandes manifestations culturelles et des fêtes de réjouissance, ou également pendant des périodes bien précises de l’année. La sortie des Egunguns n’est pas un simple événement. Elle nécessite une grande préparation de la part des chefs de cette divinité et de ses adeptes. Des offrandes sont faites aux dieux à travers plusieurs rituels sacrés où on demande l’assistance des dieux et des ancêtres défunts. La veille de la sortie des egunguns tard dans la nuit s’organise en cérémonie la plus importante appelée « la cérémonie d’Igbé Agan » qui annonce la sortie des revenants au cours de laquelle chefs des egunguns, adeptes et initiés se lancent à la chasse d’un esprit imaginaire appelée « Agan ». La capture de cet esprit annonce la sortie des egunguns.

“Mami-wata” ou la déesse des eaux

La majorité de ses adeptes sont des femmes et sont appelées « Mamissi ». Le rite d’initiation dure 23 heures et se déroule la plupart du temps au bord de la mer; c’est à cet instant que le mami-wata les possède et leur parle. À l’issue du rituel, chacun reçoit au fur et à mesure le don de la guérison et le pouvoir de voyance. Pendant les cérémonies d’initiation, les mamissi sont toujours en pagne blanc symbole de propreté et de pureté.

La cérémonie des jumeaux

La naissance des jumeaux dans une famille est un événement spécial. Elle peut être porteuse de message de paix, de bonheur, de joie mais parfois aussi il peut s’agir d’une alerte, d’une tristesse ou d’un malheur qui va s’abattre sur la famille. Ainsi donc les membres de la famille se rendent chez le bokônon (c’est le féticheur qui s’occupe du rituel des jumeaux.) très tôt le matin. Le bokônon appelle par son fétiche l’esprit des jumeaux qui vient discuter avec les parents des enfants pour connaître la raison de leur naissance dans cette famille. Par la même occasion, l’esprit des jumeaux va donner les directives concernant les différents rituels à faire pour que la paix règne dans la famille et pour que l’abondance comble les parents et alliés. Ils sont le signe de bonheur.

Les “Oros”

Les Oros sont des revenants tout comme les egunguns, mais avec quelques distinctions bien évidentes. Si les egunguns sont des revenants capables de tours prestigieux comme faire apparaître des choses sous leur robe. Les Oros sont d’un tout autre niveau. Car il est dit que les Oros ne sortent que dans la nuit à partir de 1h, et ce pour la protection de la population. En effet, lors de cette sortie, une annonce est faite préalablement dans le quartier afin d’informer les habitants de ce qui se passera le soir. Les oros à leur sortie se promènent dans le quartier en passant par des maisons afin de recevoir une offrande, généralement de l’argent.

Mais ce qui tout aussi incroyable est qu’il est formellement interdit à une femme de se promener même accompagné par un homme lors de la sortie des Oros. Au risque d’être kidnappée et emmenée au repère des revenants pour y subir un mauvais sort.

Envie de visiter le Bénin pour en savoir plus, clique sur les ci-dessous

Comment préparer son voyage au Bénin – la FAQ

Les bonnes adresses locales de Cotonou

Les incontournables à visiter au Bénin

Réserve une expérience avec un guide local

Le masque africain, de l’objet de culte à l’objet d’art

Pour ceux qui ont déjà sillonné quelques pays du continent africain, vous serez d’accord pour dire que vous avez toujours croisé un masque sur votre chemin, que ce soit dans une boutique artisanale locale, ou accroché à un mur d’un restaurant ou chez l’habitant en objet de décoration… et pour les plus aventureux peut-être en avez-vous déjà croisé dans un contexte plus mystique.

Historiquement un objet de culte

Il est intéressant de noter que le masque africain est rarement figuratif et cherche très peu à reproduire des expressions humaines ; son rôle essentiel est d’être un intermédiaire entre les hommes et les dieux, et un objet de culte ; l’objectif n’est donc pas qu’il soit représentatif.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe des milliers de cultures sur le continent, sachez donc que chaque masque est rattaché à une culture, une civilisation. Il peut incarner une divinité, un ancêtre, un esprit, etc. Raison pour laquelle certains son traités comme des humains notamment lorsqu’il s’agit de masques rituels, on les nourrit par des offrandes et ils possèdent leurs sanctuaires personnels.

Le masque africain peut avoir des fonctions très variées, qui vont être garantes de sa valeur. En effet la culture africaine accordera infiniment plus de valeur à la dimension rituelle et sacramentelle de l’objet d’art qu’à sa dimension esthétique. Un système de valorisation bien différent de ceux de nos critères occidentaux.

  • La fonction culturelle : les guerriers masqués interviennent régulièrement au cours de cérémonies d’initiation ou de deuil ; et font partie inhérente de la cérémonie dans des fonctions très codifiées. Selon les ethnies, ils peuvent par exemple présider la circoncision, ou intervenir dans une optique purement initiatique afin de révéler aux jeunes guerriers les secrets de leur tribu.
  • La fonction ésotérique : véritable objet sacré à part entière, le masque africain sert d’intermédiaire entre les hommes et les dieux, et il est prié comme tel. II permet d’accorder aux hommes des avantages certains : temps favorable pour les moissons, bon déroulement des semailles …
  • La fonction politique : les sorciers interrogent le masque africain pour connaitre l’opinion des dieux sur les décisions à prendre en cas de conflit avec une autre ethnie ; la décision qui en ressort, souvent demandée en dernier recours, sera suivie quoi qu’il advienne.
  • La fonction festive et sociale : c’est une fonction beaucoup plus occupée par les masques de nos jours, qui prend le pas sur sa dimension sacrée. Il sert à animer des danses rituelles et à se récréer dans une atmosphère festive. Les danses masquées annoncent généralement l’ouverture de fêtes.

L’Objet d’art

L’ art africain reflète la richesse de l’histoire, de la philosophie, de la religion, des mythes, des cultures des sociétés de ce vaste continent. Le masque africain est désormais considéré comme de l’art plastique, désormais des artistes plasticiens en façonnent pour le plaisir de la création et de l’esthétique.